Ouagadougou 2019 Burkina Faso Atelier professionnel

Centres secondaires comme ancrage d’un nouveau développement urbain pour Ouagadougou

L'atelier de Ouagadougou se déroulera les deux première semaine de mars 2019 sur le thème :

Centres secondaires comme ancrage d’un nouveau développement urbain pour Ouagadougou

A l’initiative de la Mairie de Ouagadougou, en mai 2018 une première mission des Ateliers à Ouagadougou a permis de dégager les thématiques de travail grâce à la rencontre et l’échange avec les acteurs locaux.

  • Des centralités multiples et une intensité de la vie dans les quartiers et autours des axes structurants.
    La capitale se caractérise par une multitude de centralité de taille et d’intensité différentes. D’une part elle possède deux grands centres : un centre-ville urbain animé et engorgés et un centre administratif (Ouaga 2000). A ces centralités de premières importances s’ajoutent 7 centralités secondaires identifiées dans les documents d’urbanisme comme à renforcer. Enfin à l’intérieur des quartiers et le long des axes importants il existe une multitude de micro-centralités correspondant à l’échelle du vécu des habitants ; la vie semble venir s’y accrocher et se réguler de manière assez spontanée, à moindre frais d’infrastructure voire de manière complètement autonome.
  • Une croissance démographique et spatiale vertigineuse avec des limites sans cesse repoussées :
    Confronté à une très forte croissance démographique depuis une quarantaine d’années, la ville connait un étalement urbain très important et ce malgré la présence de nombreux délaissé urbain et l’intérieur de la ville. Cet étalement rapide a en outre créé un flou entre les zones loties de la périphérie et celles non-loties
  • Des rapports ambigus à l’eau : entre manque et trop plein
    La relation de la ville à son eau est caractérisée par une multitude de craintes. Crainte de son insuffisance et du tarissement de la ressource pour la consommation et l’irrigation. Crainte de la pollution par le ruissèlement des déchets. Crainte enfin des inondations et des destructions de maisons dans les quartiers non lotis.
  • Des grands paysages : Une beauté des barrages et du parc urbain Bangr Weogo

A partir de ces « étonnements » trois grands questionnements qui constitueront le socle des thématiques de réflexion de l’atelier ont émergés. Ils seront aux cœurs du « document sujet » publié fin novembre.

  • L’écosystème naturel de Ouagadougou, une identité spatiale à révéler.
    -Des opportunités écologiques et économiques entre les centralités urbaines.
    -Un projet de ville structuré autour de l’eau
    -Faire des vulnérabilités un atout
  • Ouaga 2050, une modernité à bâtir dans un contexte de vulnérabilités et de croissance urbaine rapide
    -Les centralités à révéler au milieu d’une agglomération diffuse
    -Anticiper et accompagner l’expansion métropolitaine
  • Vivre le quotidien à l’échelle du grand territoire
    -Usages, interstices et activités informelles révélatrices de l’identité de la ville
    -Accompagner les mobilités à la grande échelle
    -Tanghin quartier d’expérimentation

inscription

documents

agenda

du 1 mars 2019
au 15 mars 2019

équipe

Pilotes de l’atelier :

Sylvain Saudo, ingénieur - France
Halimatou Mama Awal, architecte - France-Cameroun

Expert local

Léandre Guigma, architecte-urbaniste, Burkina Faso